Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Éphémère

par MisterFahrenheit 3 Juin 2016, 11:47 Humeurs

Attention, ceci est mon premier (et dernier?) billet d'humeur.

J'avais prévu de faire un article sur les crues de Paris, j'ai pas mal de photos, que je trouves intéressantes à partager. Et puis j'ai vu passer plein de photos sur le sujet sur les réseaux sociaux. Des très belles, des moins belles, des liées à des histoires de personnes touchées. Et je me suis dit qu'il serait peut être intéressant d'attendre un peu laisser mûrir ma réflexion de post avant de choisir ce que je voulais montrer et souligner à mon humble niveau.

Et puis comme (trop?) souvent chez moi, j'ai le cerveau qui plutôt que se dire tu publieras demain ou dimanche, il a commencé à se dire, pourquoi on est si réactif sur ce sujet. Au fond c'est normal, c'est l'actualité. Mais d'un autre coté, j'aime quand on peut prendre le temps de "digérer" l'actualité, la traduire, lire entre les lignes.

Et je me suis souvenu d'un strip de Maliki lu hier. Je tiens déjà à souligner que j'apprécie énormement sa modération sur le sujet, et à aborder le problème de la surproduction. Je rejoins son opinion d'une manière générale sur la manière de consommer en haute quantité.

Mais si je cherches à réfléchir (et cela n'engage que moi) sur les causes de cette surproduction, je souhaite aller un peu plus loin que "c'est le problème de la société capitaliste actuelle". Parce que premièrement les raccourcis me hérissent, et deuxièmement c'est nier les progrès humains (j'y reviendrai).

Au-delà de la surproduction, mon avis (n'engageant que moi-même et étant l'avis que je préfère suivre d'une manière générale) vient de notre (l'humain, moi, toi lecteur - permets que je te tutoie -) perception au temps. Sur l'accélération de la communication, sur les moyens dont on dispose, sur les développements du progrès qui nous permettent aussi de voyager à l'autre bout de la planète.

En réfléchissant à ça je me disais, mais Phileas Fogg n'est il pas un des prémices de cette accélération? Après tout ce dandy ne faisait-il que mettre le doigt dans l'engrenage de voyager toujours plus vite, sans prendre forcément le temps de s'attarder à ces endroits. Aujourd'hui 80 jours c'est énorme par rapport à ce que l'on pourrait faire, mais la problématique ce n'est pas le temps dans sa valeur absolue, mais bien aller plus vite possible, le plus loin possible. Alors j'avoue, la perspective de passer 2 heures dans un transilien ou RER me met rarement en joie, et les trajets du quotidien, si je pouvais réduire le temps perdu, que ne serai-je heureux...

Not so fast Mr. FoggNot so fast Mr. Fogg

Not so fast Mr. Fogg

Partir vite et loin, mode d'emploi

Partir vite et loin, mode d'emploi

Alors je précise, j'aime voyager, j'adore ça, et aller loin si possible. Et j'aime pouvoir rencontrer les gens sur place. Avoir ce temps d'échange et de discussion.

Mais je m'égare (j'ai l'impression de faire comme dans Tournage dans un Jardin Anglais). Alors donc cette perception du temps... Très gros problème (je n'entends pas le résoudre hein). Je trouve qu'on a toujours du mal à percevoir le long terme. Je ne m'arrêterai pas à la politique et le problème des mandats, mais d'une manière générale. Nous sommes dans une culture du résultat immédiat, ce qui, il faut le dire est assez utopiste. D'un autre coté, d'autres cultures n'étant pas forcément dans des problématiques ont aussi cet aspect de court termes, privilégiant les actions quotidiennes sans réel soucis des conséquence.

Le temps est en soit quelque chose d’extrêmement complexe. Peut-on donner une valeur au temps... Un pragmatique économiste vous dira oui, ce sont les taux d'intérêts. Or, si on regarde les taux actuels, on peut se demander si c'est tout ce que cela vaut. Avec un peu de théologie on pourra rétorquer que les interdits sur le prêt de nombreuses religions sont basés sur le fait que le temps n'appartient qu'à Dieu.

Et la on peut enchaîner sur le point de vue de Freud dans la "Psychologie des Masses" et le "Malaise dans la civilisation" où il examine comment le recul de la religion de la fin XIXème au début du XXème, et comment les idéologies marxistes sont de nouvelles religion. Alors la je pose la question, Marx évoque-t-il la valeur du temps?... Après tout, 3 ans sépare la parution du Capital et du Tour du Monde en 80 jours.

Eglise

Eglise

Floraison des cerisiers

Floraison des cerisiers

Alors après j'en arrive à me poser la question sur la photographie... Après tout, n'est-ce pas aussi une évolution du progrès et de la rapidité. Les prises sur verre demandent un temps de pose de 10 secondes environ. sans bouger, c'est énorme. C'était cher, rare.. Aujourd'hui (et tant mieux) on peut prendre des photos sans se poser ces questions de temps de prise, et on peut descendre jusqu'à 1/5000eme de seconde... Quel choc.

Et je continue le parallèle avec la photo en pensant au mouvement... Si le progrès est un train.. on peut le regarder passer ou être dedans, mais la vitesse peut être très différente... Et si on photographie depuis notre point de vue, on risque soit d'avoir un flou de mouvement, soit un flou a cause de notre mouvement...

Et je me dis alors nous humains, ne sommes-nous pas comme ces sujets de photo? Les un sur place à voir un beau paysage, et ne comprenant pas (ne cherchant pas à comprendre) les motivations de ceux dans le train? Tandis que d'autre regarde ces gens d'apparence immobiles et souhaitent aller plus loin.

Et si on ne se ménage pas de gare pour discuter ensemble? Quelle utilité de rester toujours à un même paysage? Quelle utilité de ne jamais s'arrêter pour le comprendre? Et si le train accélère, ce ne sera plus un flou.. cela sera de l'invisible...

Autant de questions sans réponses.

En mouvement

En mouvement

Par la fenêtre

Par la fenêtre

Cherchez pas

Cherchez pas

Au final.

Au final.

commentaires

Haut de page